Presse du 04 décembre 2009.

Lula et Merkel ne croit pas en un accord important à Copenhague.

Le président Lula et la chancelière allemande Angela Merkel ont publiquement écarté hier l’idée de voir un accord vraiment important se conclure à la conférence sur le climat de Copenhague, affirment O Estado de São Paulo et la Folha de SP.

« Ça ne sera pas l’accord de mes rêves ni celui d’Angela Merkel », a dit Lula à la conférence de presse conjointe qui a eu lieu au premier jour de la visite de Lula en Allemagne. « Alors que Lula a souligné le besoin des pays riches d’aider les moins développés, Merkel a demandé l’engagement des émergents », explique Estadão, rajoutant que Lula s’est tout de même déclaré optimiste. Il dit que, pour Merkel, l’important est d’obtenir des taux distincts liés au développement de chaque nation. L’envoyé spécial de la Folha rajoute que le communique conjoint traduit clairement les perspectives restreintes de la rencontre dans la capital danoise.

« Le but commun [pour Copenhague] serait un ajustement sur tous les éléments centraux d’un nouvel accord sur le climat, ainsi que sur un calendrier pour l’intégration des ajustements de Copenhague dans un accord international sur le climat », dit le document. Traduction, selon le journaliste Clovis Rossi : « il s’agira d’un accord politique qui, dans les mois à venir, sera transformé en un accord juridique. Les accords diplomatiques n’obligent personne à le respecter. Les accords juridiques, oui, ils sont contraignants ».

Par ailleurs, O Globo indique que le Brésil enverra une délégation de 700 personnes à la conférence du climat, dont 220 représentants des gouvernements fédéraux et régionaux et du Congrès National. Des ONGs et des sociétés privées en feront également partie.

publié le 08/12/2009

haut de la page