Décoration du vice-amiral d’escadre Wagner Lopes de Moraes Zamith - 25 février 2016

Amiral Zamith, commandant du 9ème district naval et les autorités présentes.

C’est un grand honneur pour moi d’être aujourd’hui au 9ème district naval, à Manaus, au cœur de l’Amazonie occidentale. C’est la première fois que je me rends dans cette ville mythique et ce premier jour a été extraordinaire, grâce à vous amiral.

Je tiens à vous exprimer toute ma gratitude pour l’accueil qui m’a été réservé au cours de cette journée magnifique par la marine brésilienne sans oublier, bien sûr, l’armée de terre brésilienne.

La rencontre des eaux, entre le Rio Solimões et le Rio Negro, restera à jamais gravée dans ma mémoire, témoignant de la beauté et de la dimension imposante de la nature en Amazonie.

Les diverses visites au navire hôpital, au bataillon d’opérations fluviales des fusiliers-marins et au CIGS (Centre d’Instruction de Guerre en Forêt) de l’armée de terre m’ont fait prendre conscience du haut niveau de professionnalisme, mais aussi du rôle social fondamental joué par les armées brésiliennes comme présence efficace et rassurante de l’Etat dans les endroits les plus reculés de l’Amazonie.

L’Amazonie est un trait d’union entre le Brésil et la France, et les échanges y sont nombreux entre nos forces armées. Le Centre d’Instruction de Guerre en Forêt, école unique et de renommée internationale, accueille depuis de nombreuses années des militaires français des forces armées en Guyane. Ce sera le cas bientôt de deux officiers et trois sous-officiers français. Cette coopération est fondamentale dans la formation au combat en jungle des cadres de l’armée de terre française affectés en Guyane.

En 2014, on peut aussi noter qu’à l’initiative de la marine brésilienne, deux militaires français ont participé au premier cours international des opérations fluviales remarquablement organisé par le 9ème district naval.

Amiral, la visite d’aujourd’hui m’a montré le niveau d’excellence des marins du 9ème district naval, que vous commandez et je vous en félicite.

Cher amiral Zamith,

C’est à vous que la France souhaite rendre hommage aujourd’hui et conformément à la tradition je voudrais rappeler en quelques mots votre parcours exceptionnel.

Vous êtes rentré au collège naval en 1974 et à l’école navale en 1976. De spécialité électronique, vous avez eu une riche carrière embarquée dans les forces de surface et avez commandé trois fois à la mer : le dragueur Atalaia, le contre-torpilleur Pernambuco et le prestigieux navire école Brasil, qui forme les officiers élèves brésiliens par une longue mission.

Vous avez exercé des fonctions à la commission navale brésilienne en Europe, à la direction générale du matériel, au sein des opérations navales et avez commandé le centre de contrôle naval du trafic maritime.

Comme amiral, vous avez été le sous-chef du bureau « organisation », puis le sous-chef du bureau relations « internationales et stratégie » de l’Etat-major de la Marine à Brasilia.

Vous avez commandé la deuxième division de l’escadre à Rio et la composante maritime de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban, la FINUL, au large du Liban, puis avez été le directeur du département « catalogation » au Secrétariat des Produits de Défense, le SEPROD, à Brasilia, avant de prendre le commandement du 9ème district naval de Manaus.

A plusieurs reprises, la France a pu apprécier votre haut degré de compétence.

Vous avez été le deuxième amiral brésilien à commander la Task Force maritime de la FINUL de février 2012 à février 2013, opération qui a été la première participation du Brésil à la composante maritime d’une opération de maintien de la paix. A bord de la frégate União puis de la frégate Libéral, vous avez conduit cette force navale chargée d’empêcher l’entrée illégale d’armes au Liban et d’entraîner les forces navales libanaises. Le commandement de la FINUL navale a révélé vos grandes qualités professionnelles.

On peut souligner qu’en dehors du mandat de la mission spécifique de l’ONU, la seule opération que vous avez réalisée était justement avec la frégate française Jean de Vienne.

En tant qu’amiral chargé des relations internationales de 2009 à 2010, vous avez contribué au rapprochement important entre les deux marines et avez été un acteur majeur de la genèse du programme de sous-marins PROSUB, cette coopération exceptionnelle et ce programme emblématique du partenariat stratégique unissant le Brésil et la France.

Vous avez été le premier représentant de la marine brésilienne à la sous-commission navale bilatérale, puis avez été le représentant du ministère de la défense brésilien lors de la création du Comité de Coopération Conjoint entre le Brésil et la France pour le suivi du programme sous-marin PROSUB.

J’ai pu mesurer personnellement, le 28 janvier dernier, en visitant la base d’Itaguai l’avancement de ce programme ultra-moderne qui inclut des transferts de technologies très importants vers la marine et les entreprises brésiliennes.

Par vos fonctions au SEPROD, vous avez été également l’artisan de l’organisation du premier séminaire franco-brésilien des industries de défense, le plus important jamais réalisé par le Brésil avec un pays tiers. Réalisé le 11 mars 2015 à São Paulo avec la FIESP, Fédération des Industries de l’Etat de São Paulo et le GIFAS, Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales, ce séminaire a été salué par tous comme une réussite exceptionnelle de notre partenariat stratégique.

Vos séjours professionnels en France vous ont permis de construire un réseau solide et d’être reconnu par vos homologues français comme un patriote, un interlocuteur exigeant, mais aussi un grand professionnel attaché à la réussite de nos projets communs.

J’ai pu aussi apprécier, au travers de nos discussions et de votre maîtrise de la langue française, non seulement un francophone émérite mais aussi un grand ami de la France.

Amiral,

Cette décoration est le signe de la reconnaissance de la France pour l’impulsion déterminante que vous avez donnée et pour la volonté inaltérable que vous avez déployée dans le renforcement de nos relations bilatérales.

publié le 08/07/2016

haut de la page