Discours au 14 juillet 2016

JPEGMesdames et messieurs les ministres et parlementaires,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Mon épouse et moi-même sommes particulièrement heureux de vous recevoir à la Résidence de France pour fêter notre premier 14 juillet à Brasilia, une ville chère à notre coeur puisque c’est ici même, il y a bientôt 27 ans, qu’a commencé notre chemin commun dans la vie diplomatique.

En 27 ans, le Brésil a beaucoup changé, la France a beaucoup changé, (peut-être même que mon épouse et moi-même avons un peu changé…), mais s’il y a une chose qui n’a pas changé c’est l’amitié entre le Brésil et la France ; une amitié qui s’inscrit dans une longue histoire commune dont l’ile de Villegagnon à Rio de Janeiro ou Sao Luis do Maranhão témoigne de l’ancienneté. Nous aurons ainsi le plaisir de vous offrir ce soir un documentaire inédit sur l’influence française à Belém.

Signe de cette relation spéciale, nous fêtons également cette année le bicentenaire de la mission française qui, à l’initiative de dom Joao VI, est à l’origine des premières institutions culturelles brésiliennes.

Si elle est riche de son passé, notre relation est néanmoins plus que jamais tournée vers l’avenir. Elle s’inscrit désormais dans un partenariat stratégique dont les derniers exemples sont l’entrée dans la marine brésilienne du TCD « Sirocco » désormais dénommé « Bahia » ou le lancement très prochain d’un satellite de télécommunication, mais aussi une coopération exemplaire dans le domaine de la santé, ou pour assurer le succès de la COP 21 et la sauvegarde de notre planète.

Dans quelques mois, nous espérons également pouvoir assister à l’ouverture du pont sur l’Oyapock et faciliter les échanges entre la Guyane française et l’Amapa.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de remercier les autorités brésiliennes et le peuple brésilien pour la vague de solidarité que nous avons vu traverser le Brésil de Porto Alegre à Belem de Para au moment des lâches attentats qui ont ensanglanté Paris. Ici même, à Brasilia, les principaux bâtiments publics ont arboré les couleurs de la France et l’école de samba Vai Vai a même rendu hommage à la France lors du carnaval de São Paulo.
Malgré cette épreuve, notre République se veut plus forte et plus unie que jamais. Elle sait que c’est en faisant vivre pleinement ses valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qu’elle pourra vaincre les idéologies de haine.

La France est fière d’être un pays ouvert sur le monde. Elle est fière de la diversité des origines de ses enfants qui lui font honneur dans tous les segments de la société française. Je voudrais à ce titre saluer tout particulièrement nos footballeurs qui ont fait un parcours exemplaire lors de l’Euro 2016.

La France est fière aussi de son appartenance à l’Union européenne qui n’en doutons pas sortira renforcée des dernières épreuves
Au sein de l’Union européenne, la France est fière d’être un pays à la pointe du savoir et de la création. C’est d’ailleurs un des thèmes que nous avons retenu cette année pour célébrer notre fête nationale avec la campagne « Creative France » dont vous verrez un exemple sur nos écrans tout à l’heure.

Je voudrais redire ici que les entreprises brésiliennes sont les bienvenues en France pour investir, s’approvisionner ou exporter, comme sont bienvenues au Brésil les quelques 850 entreprises françaises qui ont fait le choix de s’y implanter et continue à y investir et à y créer de l’emploi. J’en veux pour preuve l’inauguration, il y a quelques semaines, de l’une des plus grande cimenterie Amérique du Sud dans le Minas Gerais ou encore l’inauguration près de Natal, il y a tout juste 10 jours d’une grande ferme éolienne.

Mesdames et Messieurs,

Dans quelques semaines, les yeux du monde entier seront tournés vers Rio de Janeiro, où se tiendront les premiers jeux olympiques d’Amérique du Sud. Notre Président de la République, François Hollande, comme de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier sera présent pour célébrer cet événement historique que Paris rêve également d’accueillir en 2024.

Je forme le vœu que cette grande fête du sport soit l’occasion de nous faire oublier les difficultés du moment et qu’elle soit la vitrine du Brésil que nous aimons, un pays jeune et dynamique, résolument ouvert au monde et tourné vers l’avenir.

Je vous remercie

publié le 03/08/2016

haut de la page