Coopération Scientifique et Universitaire

GIF - 9.9 ko

La coopération scientifique et universitaire France-Brésil est ancienne et s’appuie sur des relations historiques et des évènements très présents dans la mémoire collective. La mission artistique et scientifique de 1816 puis la constitution de l’Académie des Beaux Arts en 1826, la création de la première école d’ingénieur à Ouro Preto en 1875, ainsi que les missions universitaires françaises de cette coopération. Régie par un accord de 1967, la coopération scientifique et universitaire entre les deux pays s’inscrit dans une démarche partenariale qui associe, par le biais de conventions, de nombreuses institutions administratives, établissements d’enseignement supérieur et organismes de recherche.

Le partenariat stratégique engagé lors de la rencontre des présidents Lula et Sarkozy à Saint Georges de l’Oyapock le 12 février 2008 et qui a fait l’objet d’un plan d’action au sommet de Rio le 23 décembre 2008, donne un cadre général à la relation bilatérale entre le Brésil et la France. Au-delà des alliances politiques, ce partenariat vise également à l’accroissement des échanges, au renforcement des coopérations ainsi qu’au développement des transferts de technologies dans de multiples domaines : économique, universitaire et scientifique, militaire, spatial, environnemental, éducatif.

En 2009, l’Année de la France au Brésil a contribué à resserrer les liens étroits qui unissent les deux pays et a ouvert la voie à de nouvelles collaborations et au développement de nouvelles coopérations sur la base de la réciprocité et du bénéfice mutuel.

Ces dernières années, la France a engagé une reformulation de ses domaines d’intervention et donné priorité au secteur de la coopération scientifique et universitaire qui bénéficie de moyens importants.

1/ un partenariat servi par des programmes emblématiques et des initiatives conjointes :

- mettre en œuvre des programmes de mobilité universitaire (CAPES/COFECUB, BRAFAGRI, BRAFITEC) qui permettent aux meilleurs étudiants brésiliens et français de poursuivre leurs études dans le pays partenaire ;
- développer les échanges universitaires au travers de délégations d’enseignement et de chaires d’excellence françaises au sein des universités brésiliennes, en parallèle aux programmes de mobilité précités ;
- renforcer les partenariats scientifiques par le lancement d’appels à projets thématiques pour des programmes de recherche en réseaux et la création d’unités de recherche ou laboratoires mixtes en lien avec les organismes de recherche ;
- encourager des projets d’innovation technologique associant laboratoires publics et entreprises des deux pays ;
- valoriser et développer la production scientifique en sciences de l’homme et de la société depuis le soutien aux vocations brésilianistes (réseau d’études franco-brésiliennes - Refeb), à la diffusion de la recherche conjointe par un nouveau programme de soutien à des publications scientifiques sur les évolutions économiques et sociales du Brésil contemporain (Saint Hilaire) ;
- soutenir la diffusion de la culture et de la pensée scientifique françaises et contribuer au débat d’idées, au travers de séminaires de prospective montés conjointement, de conférences, cafés scientifiques, et expositions ;
- assurer par ailleurs une mission de veille scientifique, technologique et intellectuelle par le biais de notes, articles et revues électroniques
- contribuer au recensement, à l’information et à l’animation du réseau des anciens étudiants et stagiaires brésiliens (CenDoTec)

2/ des actions inscrites dans le cadre du partenariat stratégique :

- le secteur des technologies spatiales pour des échanges d’informations et de données (GPM, mesure des précipitations, suivi de la déforestation, satellites géostationnaires, plate-forme multi missions) ;
- l’échange d’expériences et les bonnes pratiques pour la protection, gestion et valorisation de la forêt (programme concernant le biome amazonien) et la mise en œuvre des dispositions de l’accord relatif à la création du centre franco brésilien de la biodiversité amazonienne (CFBBA) pour la réalisation d’un programme de projets de recherche conjoints (accord ANR/CNPq - janvier 2011) ;
- la formation professionnelle au travers de la constitution de réseaux de lycées de métiers et d’IFET (équivalents brésiliens) ;
- le développement de programmes d’innovation technologique associant entreprises et laboratoires de recherche (un nouvel accord de coopération a été soumis a la partie brésilienne).

3/ des coopérations trilatérales :

- plusieurs projets avec des pays d’Afrique ont été instruits à ce jour en collaboration avec les organismes de recherche : CIRAD (sur des thématiques d’agriculture familiale et d’aquaculture) et IRD (notamment un projet de suivi forestier de la forêt du Congo par l’installation d’une station de réception satellitaire au Gabon) ;

4/ des partenariats à l’échelon fédéré :

- au titre de la coopération avec les Etats et les Fondations d’appui à la recherche, des projets de coopérations visent à associer les universités fédérales, les autorités des Etats d’Amapa avec des partenaires français (Collectivités, universités et organismes de recherche, entreprises. Ainsi Les Etats d’Amapa, Amazonas et Para sont partenaires d’un programme de coopération universitaire et scientifique transfrontalière sur les thématiques du CFBBA. Ce programme soutenu par l’Ambassade, l’IRD et la région Guyane vise au renforcement des capacités scientifiques en zone transfrontalière sur les thématiques en lien avec la biodiversité amazonienne.

publié le 02/03/2012

haut de la page