8ème café scientifique de Brasilia – 1ère Rencontre du Club France

Quel avenir pour les biocarburants suite à la COP 21 ? Diagnostics politique, technologique et juridique

Le 28ème café scientifique de Brasilia s’est exceptionnellement déroulé au sein de l’Université de Brasilia (UnB), plus précisément au Centre d’appui au Développement Technologique (CDT), à l’occasion du lancement le jeudi 10 mars 2016 du Club France.
Le Recteur Ivan Camargo et le Vice-recteur Jaime Santana, tous deux francophones et francophiles, étaient présents, témoignant ainsi de l’importance de cette première rencontre du Club France à l’UnB. L’événement était d’ailleurs ouvert à toute personne désireuse d’échanger en français sur des thèmes scientifiques variés impliquant la France et le Brésil.

A cette occasion, plus d’une quarantaine de personnes étaient présentes, afin d’écouter les interventions de quatre spécialistes et d’échanger avec eux sur la place et surtout sur l’avenir des biocarburants suite à la COP 21, qui s’est tenue à Paris en décembre 2015.

A cet égard, Laurent Durieux a pu dresser l’état actuel de la question des biocarburants dans le cadre de la COP21 avec un focus sur la France. Par la suite, Marcelo Poppe a évoqué l’approche du Brésil concernant les biocarburants dans le cadre des engagements pris lors de la COP21. Il a ensuite laissé la parole à Priscila de Andrade, qui a présenté les outils juridiques permettant le développement des biocarburants à travers le droit transnational. Alessandro Oliveira a clôturé sur des exemples de projets de recherche réalisés par la faculté UnB Gama.

Les questions finales, toujours très intéressantes, ont donné lieu à quelques échanges entre le public et les intervenants. L’événement s’est terminé de manière conviviale autour d’encas français.

Intervenants :

LAURENT DURIEUX est expert sur le climat et le développement durable de l’Ambassade de France au Brésil mis à la disposition du CGEE. Géographe, expert sur les questions globales et la surveillance par satellite de l’environnement, en particulier en Amazonie.

MARCELO POPPE est consultant à la CGEE sur les énergies renouvelables, les biocarburants et le changement climatique. Il est également l’ancien secrétaire d’État au développement de l’énergie, du ministère des mines et de l’énergie, responsable de la mise en œuvre de la politique nationale pour les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la technologie.

PRISCILLA DE ANDRADE a réalisé un doctorat en droit à l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Experte en droit international de l’environnement, United Nations Institute for Training and Research (UNITAR). Professeure et chercheuse postdoctorale (PNPD-CAPES) au Centre Universitaire de Brasilia.

ALESSANDRO OLIVEIRA, est directeur de la faculté UnB Gama, où les cours d’ingénierie en aérospatiale, automobile et énergie sont enseignés. Il a fait un doctorat en France à l’Ecole Nationale Supérieure D’arts Et Métiers dans le domaine de la mécanique.

JPEG
JPEG
JPEG

publié le 29/03/2016

haut de la page