2ème rencontre Club France - 29ème café scientifique de Brasília

Le 30 août dernier, s’est tenue une 2ème rencontre du Club France à l’UnB. Il s’agissait par la même occasion du 29ème Café Scientifique de Brasília. Le thème abordé portait sur la mission archéologique franco-brésilienne du Piauí et en particulier sur les premiers peuplements préhistoriques en Amérique du Sud.

L’Institut de Sciences Sociales (ICS) de l’UnB accueillait l’événement au sein de son auditorium. Le département de philosophie et d’anthropologie avaient par ailleurs activement contribué à l’organisation de ce café piloté par l’Ambassade de France à Brasilia. La langue française était mise à l’honneur, pour autant une traduction simultanée en portugais avait été prévue.

Après une ouverture réalisée par M. Alain Bourdon, Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle français au Brésil, et Mme Christiane Girard, Vice-Directrice de l’ICS, trois archéologues français et brésiliens sont intervenus. Il s’agissait de :

- Éric Boëda : Professeur de l’Université Paris X- Nanterre, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France et Directeur de la mission archéologique française au Piauí.
- Sibeli Viana : Professeure en pós- graduação d’Histoire et en bachelor d’Archéologie de la PUC Goiás. Fait partie de l’équipe franco-brésilienne de recherches archéologiques au Piauí.
- Marcos Ramos : Doctorant en préhistoire dans le cadre d’une cotutelle entre les universités de Sergipe et Paris X-Nanterre. Il est également membre de la mission franco-brésilienne.

M. Philippe Lacour, professeur de Philosophie à l’UnB, modérait la séance.
Cet événement fut l’occasion de parler de la Serra da Capivara, vaste parc situé dans le sud du Piauí qui détient les plus anciennes traces de présence humaine actuellement connues en Amérique du Sud (au moins 35 000 ans). Les nombreux sites archéologiques mis au jour confirment qu’il s’agit d’un phénomène d’importance, témoins d’une colonisation ancienne et dense. Un paradigme a été brisé, celui qui voulait que les premiers peuplements sur le continent américain ne puissent excéder 15000 ans. Des arguments ont été présentés sur la base de critères climatiques et cognitifs.

L’événement s’est bien entendu clôturé par un moment convivial autour de quelques encas français.

Retrouvez ci-dessous des photos de l’événement :

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

publié le 05/09/2016

haut de la page