26ème Café Scientifique sur “Les politiques sociales brésiliennes et ses enjeux ».

Lundi 9 novembre à 19h, le 26ème Café Scientifique s’est déroulé au sein du restaurant français, le Café Daniel Briand. Cette rencontre intitulée « Les politiques sociales brésiliennes : les enjeux », a su intéresser le public et mobiliser bon nombre de spectateurs !

Il s’agissait d’aborder la thématique des politiques sociales brésiliennes des dernières années, à la lumière de l’actualité. L’accent fut mis sur la réduction de la pauvreté avec l’émergence d’une nouvelles classe sociale appelée « classe C » et des différentes améliorations et politiques sociales du début du siècle, avant de pointer les difficultés sociales actuelles, associées des réflexions qui s’en suivent. Le public a donc pu écouter et questionner les trois intervenantes de la soirée :

Cibele S. Rizek (USP) : Professeure au sein du master d’Architecture et Urbanisme à l’Université de São Paulo, et chercheuse au Centre d’Etudes des Droits relatifs à la Citoyenneté, également au sein de l’Université de São Paulo. Elle s’intéresse tout particulièrement aux thématiques de la ville, restructuration productive, habitat, espace publique et citoyenneté.

Christiane Girard (UnB) : Docteure en sociologie. Elle dirige le doctorat d’Economie Solidaire e sociologie clinique du département de sociologie à l’Université de Brasilia (UnB). Chercheuse associée au « Laboratoire International de sociologie clinique de Paris », à l’Université Paris 7, au sein du Laboratoire de Changement Social.

Isabel Georges (IRD) : Sociologue et chercheuse à l’Institut de Recherche et Développement (IRD) – Unité Mixte de recherche au sujet du développement et société DEVSOC et chercheuse collaboratrice du Centre d’Etudes des Droits de la Citoyenneté, à l’Université de São Paulo et professeure intervenant à l’Université Fédérale de São Carlos (UFSCar-DS).

Les trois intervenantes ont tenu à rappeler la baisse du taux de pauvreté au Brésil, en évoquant l’augmentation du salaire minimum depuis 2003 jusque 2010, avec en parallèle la croissance du patrimoine des franges plus riches de la population. Ainsi, la réflexion s’est portée sur l’importance et les besoins des politiques sociales actuelles, ainsi que la recherche d’un lien de qualité entre celles-ci et la population moins aisée, qui tend à perdre confiance en ces politiques, après des avancées comme la « Bolsa Família » qui représente près de 1% du PIB brésilien. Dès lors, l’intégration sociale et l’établissement de politiques sociales étatiques sont apparues essentielles pour le public très intéressé et curieux. La modératrice Poliana Batista a coordonné cette rencontre très animée !

JPEG
JPEG

publié le 25/11/2015

haut de la page