24ème Café Scientifique à Brasília

Le lundi 29 juin à 19h00, s’est tenu à la terrasse du restaurant de Daniel Briand, le 24ème café scientifique de Brasília. Cet évènement fait partie du cycle d’événements scientifiques « La Caravane du Climat au Brésil, direction la COP21 à Paris », qui s’inscrit dans le cadre de la préparation de la 21ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), qui se déroulera à Paris en décembre 2015.

La thématique de ce café était : « La science et l’innovation au Brésil face à l’urgence climatique - Energies renouvelables, bioénergies et innovations pour répondre aux enjeux de la COP21 » et une centaine de personnes sont venues assister à cette soirée, afin de venir écouter les interventions de 3 spécialistes sur la question :

- André Furtado - Professeur brésilien titulaire au sein du Département de politique scientifique et technologique de l’institut de Géosciences de l’UniCamp.

- Laurent Durieux - Expert Technique International français sur le climat et le développement durable, détaché par l’Ambassade auprès du CGEE (Centro de Gestão e Estudos Estratégicos).

- Marcelo Poppe – Consultant brésilien au CGEE sur les énergies renouvelables, les biocarburants et le changement climatique.

Des 3 présentations, il ressort que les négociations climatiques internationales existent depuis quelques dizaines d’années avec des succès, mais également des échecs. Cependant, dans tous les cas, il y a une réelle urgence à traiter la question du climat, afin de limiter la hausse globale des températures. Les extrêmes climatiques de plus en en plus fréquents ou les inondations sont des alertes qu’il faut prendre au sérieux. Sur le plan technologique, des solutions existent, mais qui ne sont pas toujours compétitives. Il est donc nécessaire de créer le marché de la demande, pour assurer une place à ces nouvelles technologies, afin de leur permettre d’êtres viables économiquement. C’est sur le plan politique que cela doit donc se jouer.

Les questions qui ont suivi étaient variées, ne serait-ce qu’en raison du profil de ceux qui les posaient (spécialistes/non-spécialistes, adultes/enfants etc.) ou de leurs contenus. Il a aussi bien été question de solutions technologiques dans le domaine de l’agriculture, que des mécanismes de compensation carbone, de l’efficacité énergétique, de l’exemple de l’éthanol et de la biomasse, de l’éducation à l’environnement ou encore de la cohérence des politiques publiques.

JPEG
JPEG

publié le 01/07/2015

haut de la page